Sonnet pour le Centenaire n° 0020

Le monument du Génie (Les Eparges – 55)

Lecture par l’auteur avec illustration musicale de Paul Glaeser : 

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

 *

Un monument détonne, au début de la crête,

Avec cette Nature ayant tant repris goût

A la vie, oubliant désormais le dégoût

Qu’elle a eu de ce temps faisant qu’on la maltraite…

 *

Il parle du Génie et sa gloire discrète,

Filant dans le sous-sol tout comme un rat d’égout,

Avec son boutefeu prêt à mettre en ragoût

La terre et l’ennemi sans qu’il ne le regrette !

*

Sa salve de béton s’élève dans le ciel

En sept parties égales imitant l’arc-en-ciel

Mais dans le même ton d’un gris tout identique…

 *

…Symbolisant ainsi ce monde industriel

Qui transforma la guerre en enfer balistique

Pour ce pauvre Poilu vu comme un matériel !

*