Sonnet pour le Centenaire n° 0030

L’abbé Tripied (Les Eparges – 55)

Lecture par l’auteur avec illustration musicale de Paul Glaeser :  

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

*

Le curé des Eparges était l’abbé Tripied,

Un prêtre à la fois simple et généreux dans l’âme

Pour aider ses fidèles à survivre à leur drame

D’occuper des baraques Adrian pour troupiers…

 *

Elles étaient en bois et fer comme clapiers

Leur offrant le confort précaire qu’on réclame

Au moins pour ses enfants lorsque sa propre femme

Se tue à démontrer qu’on n’est pas va-nu-pied !

 *

Et puis, au fil du temps, il parcourait la crête

Pour reprendre au terrain les ossements en miettes

Recrachés par la glaise et gisant sur son sol !

 *

Lorsque vint le moment de rebâtir l’église,

Il en fit aussitôt un bijou sans bémol

Accueillant des vitraux que l’Histoire balise !

*