Sonnet pour le Centenaire n° 0036

Le buste de Maurice Genevoix (Les Eparges – 55)

Lecture par l’auteur avec illustration musicale de Paul Glaeser :  

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

 *

Comme tout combattant survivant des Eparges

Maurice Genevoix, songeant à tous ces Morts,

A sans doute éprouvé ce terrible remords

De les avoir ainsi laissés prendre le large…

 *

Sans que son sentiment s’annote dans la marge,

Sa plume l’exprimait jusqu’à sa propre mort

Tel un cheval fourbu dont on laisse le mors

Le blesser jusqu’aux dents qu’il serre sous sa charge…

 *

De la crête au village, il est resté présent

Sans même avoir besoin d’un bronze reluisant

Ni d’un marbre honorant sa parole si juste…

*

Mais pour que la jeunesse et le temps n’oublient pas

Son témoignage, alors, l’on érigea son buste

Pour que le promeneur ralentisse son pas !

*