Sonnet pour le Centenaire n° 0040

 Mina Fischer (Les Eparges – 55)

Lecture voix seule par l’auteur : 

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

 *

Mina Fischer était cette femme incroyable

Aimant René Tronquoy qui un jour disparut

Lui aussi aux Eparges, elle qui parcourut

En tant qu’ambulancière un Front si implacable…

 *

Alors en fin de guerre, étant infatigable,

Pour savoir s’il n’aurait pas été secouru

Ou bien fait prisonnier, elle a partout couru

Et puis s’est résignée à tant d’inéluctable…

 *

Ne pouvant accepter sa vie en cul-de-sac,

Elle épousa par choix le comte de Cugnac,

Un grand blessé de guerre en partie invalide…

 *

En usant de son don de sculpteuse, elle obtint

D’ériger au Point X, ce bas-relief audible

A l’âme du poète ému par leur destin !

*