Sonnet pour le Centenaire n° 0052

Les chevaux de la guerre aux grottes de Falouse (55)

Lecture voix seule par l’auteur : 

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

 *

Les chevaux de quatorze ont vu le même enfer

Que les pauvres Poilus combattant dans la glaise…

Devant rejoindre en août le Nord dans la fournaise,

Ils furent épuisés, usés comme leurs fers !

 *

Car ils devaient trotter au cours du long transfert

De trois semaines au moins jusqu’à la troupe anglaise

Qui dût combattre à Mons sans leurs charges qui pèsent

Sur le sort d’un combat par leur force de fer !

 *

Leurs cavaliers n’osaient plus trop les desseller

Pour ne pas arracher leur dos écartelés

Par le poids sur leur peau craquant sous les secousses…

 *

Les grottes de Falouse au sud-est de Verdun

Leur servaient d’hôpital venant à leur rescousse

Ce qui, heureusement, put en sauver plus d’un !

*