Sonnet pour le Centenaire n° 0054

Le tunnel de Tavannes (55)

Lecture voix seule par l’auteur : 

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

 *

Le tunnel de Tavannes avec sa voie ferrée

Devint pendant la guerre un important abri

Où soldats et blessés jonchés comme débris

S’entassaient sur son sol, l’âme désemparée…

 *

Un accident terrible en fit une curée,

Une nuit de septembre où la Mort assombrit

Bien l’espoir de Poilus rêvant d’autres lambris

Que ces voûtes imitant fort bien mal l’empyrée…

 *

Les rats et puanteurs par paquets y régnaient

Face au manque d’hygiène au nez de qui soignait

Beaucoup plus de mourants qu’il ne pouvait admettre.

 *

Si bien que les vivants venus s’y reposer

Du feu d’enfer du Front préféraient s’y soumettre

Et retrouver son air plus frais pour s’en griser !

*