Sonnet pour le Centenaire n° 0080

Le monument aux morts de la ville de Verdun (55)

Lecture voix seule par l’auteur : 

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

 *

Le monument aux morts de Verdun symbolise

Avec force et puissance cet « On ne passe pas ! »

Que la ville martyre évitant le trépas

Grâce à tant de Poilus choisit comme devise…

 *

Pour les honorer tous, jamais aucune frise

Sur un mur ne pourrait suffire à nul compas

Servant à son sculpteur avançant pas à pas

Dans son œuvre, si bien qu’on la voulut concise !

 *

Niché dans une brèche au milieu du rempart,

Il place entre deux murs percés de part en part

Cinq Poilus se serrant bien tous au coude à coude…

 *

D’abord un cuirassier puis un territorial,

Un fantassin, les poings serrés, auquel se soude,

Autant qu’à l’artilleur, un bon vieux colonial !

*