Sonnet pour le Centenaire n° 0085

Le village détruit d’Ornes (55)

Lecture voix seule par l’auteur : 

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

 *

Beaucoup plus qu’un village, Ornes était un vrai bourg,

Fort heureux, quand la guerre, au début de l’an seize,

Dut le faire évacuer avant que la fournaise

De l’enfer de Verdun n’en fasse un vrai labour !

 *

L’on n’en put « protester », pour faire un calembour

Avec sa triste histoire apportant du malaise

Aux Lorrains découvrant qu’on massacrait à l’aise

Ici les Protestants sans fifre ni tambour !

 *

Ses tirs d’obus venant sans compter le détruire,

Allemands puis Français, n’ont cessé de lui nuire,

Y compris quand la Paix put ôter ses débris…

 *

En effet décrété, sur le champ, zone rouge

L’on n’y put rebâtir qu’une chapelle-abri

Près de l’église en ruine éparse où rien ne bouge !

*