Sonnet pour le Centenaire n° 0090

Le village détruit de Cumières-le-Mort-Homme (55)

Lecture voix seule par l’auteur : 

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

 *

Cumières après la guerre étant classé « Détruit »,

Ne put se reconstruire à l’instar de ses frères

Etant sur l’autre rive où plus jamais leurs pierres

Ne dresseront de murs servant à l’usufruit !

 *

Déjà par le passé ce lieu faisait grand bruit

Parce que le Seigneur qui régnait là naguère

Aimait à rançonner tout passage en ses terres

Si bien que son château, par Verdun, fut détruit !

 *

Mais son nom désormais accole le « Mort-Homme »

A celui qu’il avait avant qu’on ne l’assomme

Au cours de ce combat restant dans les mémoires…

 *

Une chapelle-abri lui laisse encore un toit

Pendant que sur le mont non loin de lui l’Histoire

En monument-squelette y rend chacun pantois !

*