Sonnet pour le Centenaire n° 0094

Le Bois d’Ailly (55)

Lecture voix seule par l’auteur : 

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

 *

Dès septembre quatorze autour de Saint-Mihiel

Une lutte acharnée entraîna sans attendre

Allemands et Français à venir s’y pourfendre

Au cœur du Bois d’Ailly devenu démentiel !

 *

Cet endroit devenait vite pestilentiel

Au fond de leurs boyaux en zigzag et méandres

En cette fin d’été plus sèche que des cendres

Aux Poilus assoiffés invoquant l’eau du ciel…

 *

Le commandant d’André se tournant vers sa troupe

Au moment de se rendre aurait dit à ce groupe :

« Vous ne l’oublierez pas la tranchée de la soif ! ».

 *

Un sobre monument dressant un obélisque

En ce lieu désormais rappelle aux « bois-sans-soif »

Qu’ici bien des mâchoires ont rêvé de lentisques !

*