Sonnet pour le Centenaire n° 0095

Le village détruit de Vaux-devant-Damloup (55)

Lecture voix seule par l’auteur : 

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

 *

Si Vaux-devant-Damloup fut prospère avant guerre

C’était grâce à son Fort… car il fallait loger

Ici, pendant trente ans, les ouvriers chargés

De respecter les plans de Séré de Rivières…

*

Complètement détruit à la fin de la guerre,

L’on fut, comme en beaucoup de villages, obligé

D’interdire aux anciens habitants d’y forger

L’espoir d’y revenir un jour vivre en sa terre !

 *

Mais ceux-ci, malgré tout, n’étant pas résignés

A ce destin tragique ont œuvré puis gagné

Grâce au chemin de fer et ses gardes-barrière…

 *

En effet, construisant pour eux quelques maisons

Pour pouvoir surveiller leur ligne ferroviaire,

L’on put en reconstruire un autre avec raison !

*