Sonnet pour le Centenaire n° 0099

Le Fort de Souville et son monument du lion (55)

Lecture voix seule par l’auteur : 

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

 *

Le grand Fort de Souville au Nord-Est de Verdun

Fut son dernier rempart de canons et tourelles

Ayant su résister aux frappes qui martèlent

Des mois durant son dos comme aux assauts soudains !

 *

Pourtant, lorsque le gaz intoxiqua plus d’un

De ses territoriaux, sa détresse fut telle

Qu’il aurait pu plier sous la moindre semelle

D’un soldat allemand passant en son jardin !

 *

Mais le cours du combat permit qu’avec ses hommes

Le lieutenant Dupuy s’y abrite et s’y nomme

A défaut comme chef de tous ses défenseurs…

*

Portant le coup fatal à leur grande offensive,

Il devint sur le champ son ultime « dresseur »

Qu’un lion sculpté couché met bien en perspective !

*