Sonnet pour le Centenaire n° 0107

La cote 304 (55)

Lecture voix seule par l’auteur : 

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

 *

La cote trois cent quatre avec son obélisque

Honore ces Poilus morts pendant ce combat

De deux longs mois d’horreur les ayant mis à bas

Alors que leur ardeur affrontait tous les risques…

 *

Tel un grand guerrier Franc brandissant sa francisque,

Ce monument s’élève à l’endroit où, là-bas,

La pluie en se mêlant à la terre engerba

Sous la boue bien des corps que la Mort lui confisque !

 *

La forêt tout autour y a repris ses droits

Par ses épicéas redevenus bien droits

Alors que leurs racines au-dessous s’entortillent…

 *

Tout contre ces ferrailles et ces restes d’obus

Que ce sous-sol conserve à l’instar de ces grilles

Que les bagnes d’antan n’ont pas mises au rebut !

*