Sonnet pour le Centenaire n° 0173

La tombe du sous-lieutenant Robert Petermann à Voyer (57)

Lecture voix seule par l’auteur : 

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

 *

Jeune sous-lieutenant, ta lettre en ta vareuse,

Demandant que ton corps tombant au champ d’honneur

Se retrouve inhumé là même où le meneur

D’hommes que tu étais mourut, se fit passeuse…

 *

En effet, succombant à la Grande Faucheuse,

Tout juste après cinq jours, sur le Front lamineur

De cet été quatorze alors fort rançonneur,

Ses mots auront touché des âmes généreuses…

 *

Décidant d’exaucer ton vœu de Saint-Cyrien

Tout juste baptisé par ta promo d’anciens

Et par ces feux et fers qui décimaient ta troupe.

 *

Car ta tombe à présent dans le bois de Voyer

Vient honorer ton nom où s’arrêta ta route

Toi, Robert Petermann, bien loin de ton foyer !

*