Sonnet pour le Centenaire n° 0204

Le second mort français à Bouxières-sous-Froidmont (54)

Lecture voix seule par l’auteur : 

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

*

Le second mort français, le premier de la guerre

Désormais déclarée, était un cavalier,

Un chasseur à cheval sans signe singulier

Se trouvant désigné de garde à la frontière…

 *

Le signal qu’il gardait aux abords de Bouxières

Indiquant Vittonville et servant à pallier

L’absence de limite en grillage et piliers

Servait à surveiller sa crête tout entière…

*

Le quatre août à midi huit soldats allemands

Formant une patrouille arrivent brusquement

Et le tuent d’une balle alors en pleine tête…

*

Le pauvre Fortuné Pouget fut enterré

Lors à Pont-à-Mousson où la foule muette

Ecouta des discours vengeurs et atterrés…

*