Sonnet pour le Centenaire n° 0124

Tous les morts de la Grande Guerre

Lecture voix seule par l’auteur : 

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

 *

La guerre déclarée abusa sans entrave

De la Mort libérée au fil des jours suivants

Et faucha sans arrêt, du monde des vivants

Plus de Poilus d’un trait qu’un tracteur ses bett’raves…

 *

Faisant comme un bateau déchirant son étrave

Sur un récif plus tôt caché de tous les vents

Des régiments entiers sombraient sans survivant

Le long du noir sentier de la gloire des braves…

 *

Chaque bataille, en somme, en surprit bien plus d’un

En Moselle, en Champagne, en Artois, à Verdun,

Sur les Vosges ou la Somme ou le Chemin des Dames…

 *

Il n’est pas de campagne où le Front, sur quatre ans,

N’aura pas vu tomber ce trop grand nombre d’âmes

Ne pouvant résorber leur mal si pénétrant !

*