Sonnet pour le Centenaire n° 0159

La retraite déclarant Lille « ville ouverte » (24 août 1914)

Lecture voix seule par l’auteur : 

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

 *

Pour l’armée Lanrezac, le choix de la retraite

Etait un crève-coeur devenant obligé

Pour encore empêcher qu’un combat submergé

La décime en entier avant qu’il ne s’arrête…

 *

Les canons allemands, tirant depuis les crêtes

Sur ses soldats massés sans être protégés

Sur leur itinéraire alors trop partagé,

Laissait morts et blessés créditer leur conquête…

 *

Voulant se rétablir sur Mézières et Hirson

Comme sur La Capelle après cette leçon

Ses troupes y subiront aussi de lourdes pertes…

 *

L’état-major de Lille évacue ce jour-là

La Place en déclarant la Cité « Ville ouverte »

Evitant de crouler sous un long pugilat !

*