Sonnet pour le Centenaire n° 0222

La poésie dans la Grande Guerre

Lecture voix seule par l’auteur : 

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

 *

La poésie était pendant la Grande Guerre

Ce filin de secours que gardait à sa main

Le soldat des deux camps devenant inhumain

A coups de baïonnette en crise meurtrière…

 *

Ou quand le fusillé n’appelant plus sa mère

Lorsque son peloton reprenait son chemin

Pour le front le poussant vers d’autres lendemains,

Le poète assassin ne pouvait plus se taire…

 *

…Pour crier par sa plume un appel déchirant

Vers le Dieu de la Bible ou celui du Coran

Pour cesser à jamais cette horrible hécatombe…

*

Ou que, dans son abri, se terrant comme un rat

Sous l’obus s’acharnant pour en faire sa tombe,

Il récitait des vers autant qu’il en saura !

*