Sonnet pour le Centenaire n° 0279

La boue de la Grande Guerre

Lecture voix seule par l’auteur : 

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

 *

La boue avec la guerre était comme un démon

Pour tous ses combattants s’y terrant comme en cave

Que venait inonder sa purulente bave

Au fond de leurs tranchées écorchant vaux et monts…

 *

La terre alors filant sous leurs pieds sans sermon

Leur disait en leurs maux que leur bataille aggrave

Qu’elle était obligée, à l’instar de sa lave,

De crier sa colère alors à pleins poumons…

 *

Peut-être en espérant que leurs obus s’arrêtent

De détruire le sol de ses si belles crêtes

Perdant, comme au Mort-Homme, une grande hauteur !

 *

Mais, ne l’entendant pas exprimer sa souffrance,

Elle et la pluie savait que, malgré sa lenteur,

L’Homme un jour lui rendrait bien sa belle apparence !

*