Sonnet pour le Centenaire n° 0304

Les gazés

Lecture voix seule par l’auteur : 

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

 *

Quand nous étions blessés par un éclat d’obus,

Par le tir d’un fusil ou d’une mitrailleuse,

Notre chair en souffrait… mais restait courageuse

En conservant l’espoir d’un retour au début…

 *

Mais qu’une attaque au gaz nous atteigne en son but,

Alors, nous paniquions à sa brume insidieuse

S’écoulant lentement, jaunâtre et silencieuse

Jusque dans nos poumons s’approchant du rebut…

 *

L’air alors nous manquait et sifflait en nos torses

Quand nos doigts s’y plantaient comme dans une écorce

Sans jamais réussir à ne plus en saigner !

 *

Quand la guerre eut fini, contrairement aux autres,

La nôtre perdurait sans pouvoir nous soigner

Mais nous rendant « Martyrs »… puis, en mourant « Apôtres » !

*