Sonnet pour le Centenaire n° 0379

Ineffaçable souvenir d’une gueule cassée

Lecture voix seule par l’auteur : 

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

 *

Un obus près de moi me surprend tout d’un coup

Avec un lourd éclat me frappant au visage

Et brisant ma mâchoire interdisant l’usage

De mon cri de douleur se bloquant à mon cou !

 *

Ma joue avec sa peau, tout en saignant beaucoup,

Voulut la retenir un moment au passage

De ma main découvrant l’horrible désossage

Ne faisant plus qu’un trou béant qui la découd !

 *

Alors, m’évanouissant contre un bon camarade,

Je laissais en ce lieu mon souvenir en rade…

Pour ne me réveiller qu’avec un pansement…

 *

D’où sortait un tuyau qu’une pauvre infirmière

Tentait d’alimenter d’un liquide infamant

Avec un entonnoir plus prisé des fermières !

 *