Sonnet pour le Centenaire n° 0454

Les corvées pendant la Grande Guerre

Lecture voix seule par l’auteur : 

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

 *

Pour porter à manger aux soldats des tranchées,

Il fallait des corvées arpentant des boyaux

Plus ou moins obstrués comme fait un noyau

Arrivant à bloquer tout l’air d’une trachée…

 *

Ces hommes, très souvent, ont vu leurs vies fauchées

A l’instar d’un sportif ignorant qu’un caillot

De sang vint l’empêcher de mouiller son maillot

Lorsqu’une attaque en eux venait d’être lâchée…

*

Leurs cadavres jonchaient alors tout ce parcours

Que d’autres reprendront en servant de recours

Autant de fois qu’il faut pour ramener la soupe…

 *

Car celle-ci formait le bien le plus précieux

Pour conserver intact le moral d’une troupe

Oubliant sur le champ ces hommes audacieux !

 *