Sonnet pour le Centenaire n° 0487

Le corps des artilleurs pendant la Grande Guerre

Lecture voix seule par l’auteur : 

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

 *

Le corps des artilleurs vivait la Grande Guerre

Assez différemment de ceux des fantassins

Même s’ils suivaient tous le même grand dessein

De réduire au plus vite à néant l’adversaire…

 *

En effet, se trouvant un peu plus en arrière,

Celui-ci s’activait, à l’instar d’un essaim

Faisant tout pour garder une Reine en son sein,

Pour servir ses canons d’un joyeux savoir-faire…

 *

Car le tir d’une pièce était comme un vrai jeu

Pour ses servants cherchant à répondre à l’enjeu

De tirer sans délai sur l’ennemi d’en face…

 *

Tous faisaient ce qu’il faut pour abréger le temps

D’extraire et de charger les douilles des culasses

Avant d’y libérer le rire de Satan !

 *