Sonnet pour le Centenaire n° 0460

Préambule « 1914, les fiancés des Eparges »

Lecture voix seule par l’auteur : 

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

 *

En dix-neuf cent quatorze, alors que le printemps

S’achève brusquement sur le désir de guerre

Pour bien des dirigeants civils et militaires,

Deux amoureux s’étreignent avec le cœur battant…

 *

Ils sont dans leur campagne où l’amour débutant

Ne compte que pour eux, bien loin de cette affaire

D’un Serbe meurtrier forçant l’Europe entière

A se battre en son sein… dès l’été… pour longtemps !

 *

Au même instant, Paris voit deux amis célèbres

Venir s’y retrouver avant que les ténèbres

Du conflit ne tarissent à jamais leurs écrits…

 *

C’était Charles Péguy, bientôt « Mort pour la France »,

Avec Alain Fournier, deux lieutenants conscrits,

S’apprêtant à vêtir leurs pantalons garances…

 *