Sonnet pour le Centenaire n° 0462

Après la mobilisation « 1914, les fiancés des Eparges »

Lecture voix seule par l’auteur : 

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

*

Julien mobilisé dut quitter Voisenon,

Son village natal, sans qu’Hélène, à Rubelles

Ne puisse lui donner cette fleur en dentelles

Qu’elle avait crochetée en y brodant leurs noms…

*

Son Régiment partant dans l’espoir du Renom,

Vers la terre lorraine et ce Front qui l’appelle,

Il n’a pu rassurer, en l’embrassant, sa belle

Voulant coudre à son cœur ce lien comme un chaînon…

*

De leur côté, les deux lieutenants de réserve

Exhortaient leurs soldats à donner sans réserve

Leur force et leur ardeur pour contrer l’ennemi…

*

Sachant manier les mots, ce fut pour eux facile

De les faire adhérer sans aucun compromis

Qu’ils viennent d’un village ou d’une grande ville !

 *