Sonnet pour le Centenaire n° 0464

Julien aux Eparges « 1914, les fiancés des Eparges »

Lecture voix seule par l’auteur : 

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

 *

Avec son Régiment, Julien participa

Avec force et courage à gagner les Eparges

Un village de Meuse étant tout juste en marge

Du Front que les combats repoussaient pas à pas…

*

C’était en ce secteur que survint le trépas

D’Alain-Fournier chargé de découvrir au large

Si des soldats prussiens revenaient à la charge

En tranchée de Calonne où la Mort l’écharpa…

*

Rejoignant lors Péguy dont l’âme errait en peine

Sur les champs de bataille où la gloire était vaine,

Le père du Grand Meaulnes en fut aussi surpris…

*

Car celle-ci venait de lui dire à l’oreille

Qu’il avait désormais le pouvoir de l’esprit

Pouvant souffler ses mots au vivant qui sommeille…

 *