Sonnet pour le Centenaire n° 0467

La lettre d’Hélène « 1914, les fiancés des Eparges »

Lecture voix seule par l’auteur : 

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

 *

Julien reçut un soir une lettre d’Hélène

Lui parlant de Rubelles et sa vie au château…

De son anniversaire… et du si bon gâteau

Que sa mère avait fait malgré sa coupe pleine…

 *

Qu’elle vint lui porter, courant à perdre haleine

En venant de sa ferme et se levant plus tôt

Pour faire le chemin – mais partant aussitôt

Pour s’occuper des bêtes – au travers de la plaine…

 *

Et puis, quelques nouvelles entendues au lavoir

De femmes de soldats qu’on ne pourra plus voir

Car morts au champ d’honneur, récemment, sur l’Argonne…

 *

Enfin, ce souvenir qu’ils avaient en commun

Devant Vaux-le-Vicomte et son bois sans personne

Pour troubler leur amour se cachant sous leurs mains…

 *