Sonnet pour le Centenaire n° 0476

Final « 1914, les fiancés des Eparges »

Lecture voix seule par l’auteur : 

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

 *

Pour Hélène et Julien, leur histoire a pris fin,

Pour ceux dont le cerveau n’écoute pas leur âme,

En avril de l’an quinze au moment où la lame

De la faux de la Mort satisfaisait sa faim !

 *

Cependant, en flottant tel un subtil parfum

Rendant un homme fier d’être au bras d’une femme,

Celle-ci par les chants et les vers qui s’y clament

Se retrouve en accord avec son cher défunt…

 *

Les écrivains de guerre avec leurs camarades

Tombés dans ce Haut-lieu propice à leur Pléiade

N’y cessent d’y livrer leurs mots… l’entendez-vous ?

 *

L’entendez-vous chanter, cette crête aux Eparges

Quand tous ses disparus vous donnent rendez-vous

Pour écrire leur vie ailleurs que dans les marges…

 *