Sonnet pour le Centenaire n° 0499

Neuvième sonnet du spectacle musical (Les fusillés de Verdun)

Lecture voix seule par l’auteur : 

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

 *

Mais à l’instant précis où l’ordre motivant

Les tireurs se lançait, l’artillerie française

Coulait en cet endroit un ardent feu de braise

Faisant s’éparpiller d’un coup tout survivant…

 *

Henri voyant son fils également vivant,

Choisit de profiter de ce temps de fournaise

Pour quitter cette place en rampant dans la glaise

Au prix de longs efforts forcément éprouvants…

 *

Puis, petit à petit, ils passèrent les lignes

Par une nuit sans lune où rien alors souligne

Leur périlleux passage entre les trous d’obus…

 *

Tout maculés de boue et de forme inhumaine,

Ils se font arrêtés, épuisés et fourbus,

Par des soldats français ne croyant pas leur veine…

 *